science-fiction : futures lectures

Je suis pour le moment dans une crise de lecture de science-fiction. Quelques sources d’idées pour mes prochains achats :

    Pour les classiques, cette page de Wikipedia reprenant les titres ayant gagné conjointement les prix Hugo et Nebula.

3 commentaire

  1. 2/03/2009Christian Lehmann says:

    Ben qu’est-ce qu’il a le p’tit gars, il nous fait un coup de mou?

    Allez, c’est bien parce que c’est toâ:

    La Très Petite Bibliothèque de SF

    Comme tous les choix personnels, celui-ci est totalement subjectif. Il privilégie l’humanisme sur la technologie, les auteurs qui ont voulu nous éclairer sur l’animal humain plutôt que sur la nature de l’anti-matière.

    Dune, de Frank Herbert.
    Sur la planète Arrakis, rebaptisée Dune par les colonisateurs, il n’y a que du sable, des vers géants… et l’Epice, le minerai le plus précieux de la galaxie, que convoitent diverses factions, dont les valeureux Atreides, et les Harkonnen, sanguinaires et pervers. Magnifique allégorie politique, d’un monde qui espère un Messie, et basculera dans l’intégrisme religieux.

    No pasaran, le jeu, de Christian Lehmann.
    Thierry, Eric, Andreas, ont en commun la passion des jeux vidéo, des jeux de guerre surtout. Jusqu’au jour où, dans une étrange boutique à Londres, un vieillard, ému par la présence d’une décoration militaire épinglée sur le blouson d’Andreas, leur a donné une disquette. Mais l’Expérience Ultime est-elle vraiment un jeu, ou la clé d’un voyage sans retour ?

    Demain, les chiens, de Clifford Simak.
    Ce sont des histoires à dormir debout, des histoires que les vieux chiens racontent aux jeunes chiots, le soir à la veillée.
    - Il y a longtemps, bien longtemps, les hommes régnaient en maîtres sur la Terre.
    - Les quoi ?
    - Les hommes, des sortes de robots, mais chauds au toucher…

    Des fleurs pour Algernon, de Daniel Keyes.
    Handicapé mental, Charlie Gordon nettoie les sols dans un laboratoire de recherches. Un sérum-miracle, injecté à la souris Algernon, a décuplé les possibilités intellectuelles de l’animal. Charlie accepte de servir de cobaye humain, et le livre retrace, dans son journal intime, l’éveil de ce simple d’esprit à l’intelligence. Et puis un jour Algernon commence à dépérir, à régresser…

    Le monde du fleuve, de Philip Jose Farmer.
    Sur les rives du Fleuve, tous les hommes et toutes les femmes qui ont un jour vécu sur la Terre se sont réveillés en même temps, nus, désarmés, mais pas amnésiques. Qui les a amenés là ? Comment ? Et dans quel but ?

    Un coup de tonnerre, de Ray Bradbury.
    Une agence de voyages dans le temps organise une chasse au tyrannosaure aux conséquences imprévues… Ce recueil de nouvelles, comme tous les recueils de nouvelles de Ray Bradbury, est un enchantement.

    Watchmen, de Frank Moore.
    C’est un futur proche, un futur hanté par les désordres sociaux, les violences urbaines, les manipulations politiques. Seul rempart contre le chaos, les Watchmen, d’anciens super-héros aujourd’hui poussés à la retraite forcée. Sous forme de bande dessinée, une impressionnante réflexion sur la tentation du pouvoir absolu.

    Les montagnes hallucinées, de H.P.Lovecraft.
    En 1934, l’expédition Peabody, partie de l’université d’Arkham pour explorer les contrées vierges de l’Antarctique, rencontra… l’inconcevable. Au confluent de la SF et du fantastique, H.P.Lovecraft, un des plus grands écrivains du siècle, nous fait basculer dans une autre dimension, celle du mythe de Cthulhu, dans cette longue nouvelle tirée du recueil « Dans l’abîme du temps ».

    Malevil, de Robert Merle.
    Après la bombe, dans un petit village relativement épargné, les survivants tentent de s’organiser, de recréer un monde moins cruel que l’ancien. Peine perdue ?

    1984, de Georges Orwell.
    Un monde totalitaire, dans lequel la pensée individuelle est anéantie, dans lequel le passé est sans cesse remanié au gré des consignes du gouvernement, personnifié par Big Brother, le Grand Frère qui sait tout, qui entend tout, qui voit tout. Orwell, qui avait combattu les fascistes en Espagne pour ensuite échapper de peu à la trahison des staliniens, savait de quoi il parlait…

    La planète des singes, de Pierre Boulle.
    Sur cette planète, les hommes vivent en cage, réduits à l’état de bête, tandis que les singes étudient leurs mœurs et leur système nerveux primitif lors d’intéressantes expériences de vivisection…

    Je suis une légende, de Richard Matheson.
    Le virus a touché l’ensemble de la population humaine, les a transformé en vampires. Le seul humain survivant, cloîtré dans une bâtisse surprotégée, est donc devenu… un monstre.

    Le monde inverti, de Christopher Priest.
    Difficile de dévoiler le sujet de ce roman, réservé aux meilleurs lecteurs, aux esprits ouverts à l’abstraction. Imaginez une ville qui se déplace le long d’une courbe mathématique, pour éviter de glisser… dans l’infini. Imaginez que vous êtes l’un des élèves-architectes de cette ville…

    Christian lehmann

    PS: Si tu me dis que t’as tout lu, bravo. Si tu me dis que ça date et montre l’âge de l’auteur, je t’en colle une. ;-)

  2. 2/03/2009François says:

    Salut Christian,
    content de te revoir par ici :-)
    Merci pour la liste, et j’ai malheureusement quasi tout lu : je n’ai jamais lu ‘un coup de tonnerre” et ça fait longtemps que j’ai envie de lire la série du “monde du fleuve” mais je n’ai jamais pris le temps de me lancer.
    Vu que tu aime la sf humaniste, je te conseille “Chronique des années noires” de Kim Sanley Robinson dont je parle ici http://www.gatsugatsu.com/506 ou le très bon “l’âge des lumières” d’Ian R. MacLeod.

  3. 2/03/2009Miss Sunalee says:

    Je ne suis pas une grande lectrice de SF (j’ai lu deux livres de la liste, “1984″ pour l’école et “No Pasaran”, pour le plaisir) mais je conseille vivement “Chroniques des années noires”. Je dois dire que je suis plus attirée par les uchronies que par la SF se passant dans le futur.

Ecrire un commentaire: